Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Qu'est-ce que le C2D ?

Mis à jour le 17 janvier 2017

A la fois tête chercheuse, porte-voix, boîte à idées, boîte à outils et caisse de résonance, le Conseil de développement durable de Bordeaux Métropole (C2D) agit comme un stimulateur de citoyenneté. En organisant la participation citoyenne aux grandes questions et orientations qui intéressent la métropole, le Conseil de développement durable favorise la contribution de la société civile à l’élaboration du projet métropolitain. Il offre un cadre à l’expression des idées et à l’exercice de la citoyenneté. Il incarne et promeut la démocratie participative.

Tandis que la mondialisation bouleverse les repères de la fabrication du bien commun, et que des interférences complexes influent sur le politique, il est apparu que la métropole pouvait représenter une échelle solide pour l’exercice de la citoyenneté. Acteur, en même temps que garant, le C2D s’appuie sur des structures historiquement bien ancrées (au premier rang desquelles, les communes) pour stimuler la participation démocratique. La société civile y trouve un lieu d’expression de ses aspirations, de ses réticences ou de ses priorités. Les élus y puisent le reflet précieux des désirs et des préoccupations de leurs administrés quant aux questions d’actualité, aux tendances de société et aux projets métropolitains.

C2D, qu’es acquo ?

Créé en 1999, le C2D est une instance consultative. Renouvelé depuis la création de Bordeaux Métropole, il s’est transformé au 1er janvier 2015 en « Conseil de développement durable de la Métropole ». Il est composé d’un Conseil et d’un Forum dont les participants sont tous bénévoles et tous issus de la société civile. Le Conseil regroupe 105 membres « permanents » (autant que d’élus métropolitains) nommés pour trois ans. Non limité en nombre, le Forum est constitué, quant à lui, de citoyens-ressources pouvant être sollicités sur des questions précises pour leurs compétences particulières.

C2D, pour quoi faire ?

Le C2D Bordeaux Métropole a plusieurs missions complémentaires.
> La première tend à capter les idées nouvelles et les suggestions novatrices émises librement par la société civile, de la métropole ou d’ailleurs. Mi tête chercheuse, mi caisse de résonance, elle vise à imaginer les services publics de demain à partir des besoins qui émergent.
>Une autre consiste à faire remonter les questions qui préoccupent les acteurs métropolitains sur des sujets qui font débat.
> Sa troisième mission est celle d’accompagner la participation. Cherchant toujours les moyens de mieux faire participer les citoyens, le C2D s’intéresse aux dispositifs de concertation. Il les explique, les promeut, cherche à les amplifier et à les diversifier. Accompagnant les communes et la Métropole (ou autres acteurs intéressés), il aide à leur mise en œuvre et garantit leur bon déroulement.
> La dernière mission du C2D consiste à recueillir les avis utiles à la construction du projet métropolitain. Il s’agit là de récolter les opinions relatives à des projets identifiés de Bordeaux Métropole pour les enrichir ou les adapter.

C2D mode(s) d’emploi

Les sujets d’étude et/ou travaux de recherche du Conseil de développement durable peuvent lui être soumis par Bordeaux Métropole ou être choisis librement par le Conseil lui-même voire proposés par les communes ou par des citoyens. Des groupes de projets sont constitués autour de chaque sujet. Ils sont composés des membres volontaires du C2D. Les modes de travail sont adaptés aux conditions actuelles de l’engagement. Elles s’inspirent, notamment, des modes d’engagement numérique. Inventer de nouvelles façons de faire, les multiplier, les diversifier, expérimenter…sont les principes d’un modus operandi qui n’hésite pas à sortir des cadres. Le Conseil peut, quand il le souhaite, solliciter la contribution de ses partenaires du Forum ou même les impliquer dans un groupe de travail. Les débats, avis, concertations, expérimentations et autres propositions d’idées font l’objet non seulement de productions écrites ou audiovisuelles, mais aussi de restitutions publiques sous de multiples formes : expositions, conférences, ou autres ciné-débats…

Esprit d’ouverture

Caisse de résonnance de la société civile, le C2D a le souci de relayer toutes les voix citoyennes, y compris et spécialement celles qu’on n’a pas l’habitude d’entendre. Le mode de désignation de ses membres est ainsi pensé pour garantir la plus grande ouverture. Côté Conseil, une première partie des membres est désignée par les communes. Chacune des 28 municipalités de la métropole désigne deux représentants. L’un issu d’une structure locale (association, entreprise…) et l’autre tiré au sort parmi les citoyens « ordinaires ». La deuxième partie des membres est désignée par la Métropole parmi des personnes déjà engagées à titre individuel ou collectif dans la citoyenneté : enseignants, travailleurs sociaux, journalistes, blogueurs, magistrats, etc. Le Conseil, qui se veut exemplaire, veille au respect de la parité comme à celui d’un équilibre social, générationnel et géographique. Côté Forum, le collège est plus large encore. Il est composé de partenaires du C2D repérés pour leurs compétences et de citoyens volontaires pour contribuer aux travaux du Conseil. Il offre à ceux qui le souhaitent une possibilité d’engagement en continu, en dehors même du renouvellement du Conseil.

Défricheur de pistes

Parce que la chasse aux idées ne se cantonne ni aux rapports d’experts, ni aux réserves institutionnelles, le C2D organise une collecte tous azimuts. Des arcanes de Twitter aux réunions programmées dans un salon de coiffure, des rames du tramway, aux week-ends de réflexion, des groupes témoins testeurs de projets aux enquêtes via Facebook ou aux voyages « hors les murs » pour mesurer les changements engagés ailleurs, le Conseil de développement durable de la Métropole diversifie les formes de son action autant qu’il en libère le fond. Il s’autorise, par principe, à procéder différemment.

Fort en thèmes !

Les sujets traités par le C2D sont aussi divers et variés que peuvent l’être les domaines de la vie publique : les difficultés du logement sur la métropole, les discriminations, l’enseignement supérieur, la gestion des déchets ou l’esprit d’entreprendre chez les jeunes ont été abordés. Des thèmes tels que l’open data ou le rapprochement des villes liées à la métropole bordelaise pourront être à l’ordre du jour.